Démarrer en SEO

 In Non classé

Avoir une page web, c’est déjà une première étape. Encore faut-il être vu et intéresser vos visiteurs !

Sur le principe c’est assez simple ; il suffit de ressortir dans les premiers résultats affichés par Google et proposer des contenus répondant aux attentes de ses visiteurs. Ainsi, le taux de clic sur le 1er résultat de Google est d’environ 40%, contre 20% pour le 2nd et 9% environ sur le 3ème… et après la 1ère page, il ne faut même pas compter dessus.

Dans la pratique, ce n’est pas si facile, la concurrence pour être bien référencé est rude, et le budget SEO peut vite grimper. Rien n’est jamais figé car chacun réajuste en permanence son positionnement en réaction aux actions de ses concurrents et maintenir ses positions nécessitent d’intervenir régulièrement sur son site.

Toutefois, sans être un expert et sans dépenser une fortune (dans des outils souvent complexes ou du conseil), il est possible d’avoir des premiers résultats en référencement naturel (c’est à dire, sans payer).

 

Voici comment nous nous y sommes pris. La méthode est rustique mais efficace. En voici les principaux éléments :

 

Porter un regard SEO sur les sites de ses concurrents avant même de démarrer pour décrypter leur stratégie et capter des informations sur les tendances d’un marché.

Hé oui ! D’abord, nous avons fait un petit tour par les sites web de concurrents. Au-delà de consulter leurs offres, leur positionnement prix, leur communication…, les passer à la moulinette du SEO permet de collecter des indications intéressantes sur :

– la « solidité » de elur implantation à travers (leur audience, le nombre et la pertinence dees liens, son investissement en SEA,…)

– la tactique d’acquisition en regardant les sources de trafic (moteur de recherche, réseaux sociaux, affiliation,….), la notoriété (trafic direct)

– la pertinence de leurs contenus et leur capacité à engager le client (au regard de la durée moyenne de visite sur la page et du taux de rebonds)

– les sujets, éléments de langage et mots clefs sur lesquels ils se positionnent

Avant même d’avoir créé votre site, vous bénéficiez déjà d’un premier retour d’expérience !

Toutes ces informations sont facilement accessibles en utilisant des sites gratuits comme SimilarWeb ou Semrush.

 

Trouver les bons mots qui font mouche ! … avant de se lancer dans la rédaction des contenus, pour éviter d’avoir à les réécrire.

Tout le monde est confronté à la même problématique aujourd’hui. Face à l’abondance de l’offre, il faut sortir du lot ! Sans une notoriété forte ou une existence déjà bien établie, c’est principalement par la qualité de son contenu qu’il est possible de faire la différence. Identifier les mots clefs pertinents pour son activité et son public est essentiel pour déterminer les questions à adresser et le champs lexical à privilégier.

La construction de sa proposition de valeur permet déjà de constituer un point de départ. Pour l’enrichir, nous avons créé un compte sur Insight Yooda. L’offre freemium permet de faire une recherche par site, et de consulter ainsi la liste des expressions positionnées. A chaque expression, sont associés le trafic obtenu, l’intensité concurrentielle, le CPC (coût par clic Adwords) et le nombre de résultats.

Si vous cliquez sur une expression qui vous intéresse, une nouvelle recherche est lancée (onglet « market explorer ») avec cette fois ci, les expressions proches.

C’est vraiment simple à utiliser !Après quelques itérations, vous obtenez une belle première collection de mots clefs en sélectionnant ceux qui ont :

  • un volume mensuel, important = « c’est là qu’il y a un potentiel »
  • un CPC important  « c’est là que cela se passe »
  • une concurrence modérée « ok, j’ai mes chances »

Pour aller plus loin dans la recherche de mots clefs, n’hésitez pas à utiliser le Keyword Planner de Google Adwords. Une réserve cependant : pour accéder aux outils de recherche de mots clefs, il faut avoir au préalable valider une facture Adwords. Une alternative possible sont les outils Webmaster Bing

N’hésitez pas non plus à comparer l’évolution des mots clefs sur Google Trends, pour affiner vos choix.

 

Une fois au clair sur les mots clefs, c’est là que tout commence. Il faut rédiger des contenus pertinents !

Les sites comme Answerthepublic ou Ubersuggest, sont très utiles pour récupérer, à partir des mots clefs retenus, les questions fréquemment posées sur les moteurs de recherche et les termes qui y sont associés.  C’est un excellent point de départ pour identifier les sujets à écrire et rester vigilant à toujours employer le bon champ lexical dans sa rédaction (idéalement au moins 500 à 800 mots). Pour les plus joueurs, rien ne sert de rassembler un concentré de mots clefs sans sens.

 

Etre visible, c’est aussi être très bien connecté à son environnement.

L’autorité et la légitimité d’un site seront d’autant plus forte qu’il est relié à de nombreux sites d’influence par des liens entrants et sortants.

Il ne faut pas sous-estimer la puissance de référencement de réseaux tels que LinkedIn, Facebook ou Twitter. Ils ont la capacité de faire grimper votre nombre de visites et de faire figurer votre nom en première page de Google !

Il y a aussi la possibilité de s’enregistrer sur les annuaires en ligne. C’est fastidieux et chronophage mais, pour un coût limité, certaines start-ups vous proposent de vous y inscrire. Cela comprend d’apparaître sur les annuaires professionnels, les cartes (Waze, Mappy, Google Mybusiness…). C’est notamment le cas de Partoo. Qui vous met … partout.

 

S’assurer que son site est SEO friendly, en étant vigilant sur quelques points « techniques ».

D’abord, il faut que le site soit rapide. Si les chargements sont trop longs, internautes et robots de tracking ne s’éterniseront pas. L’outil de Google, PageSpeed Tool, vous permet de découvrir la performance de votre site ainsi que des pistes d’amélioration le cas échéant.

Une des premières extensions installées sur notre WordPress est Yoast SEO. Il vous donne des conseils pratiques sur chacune de vos pages pour améliorer votre SEO. Quand tout est bon sur une page, il passe du rouge au vert. Dans nos recherches, nous sommes tombés sur ce site, qui explique très bien comment le paramétrer (une vraie petite mine d’or).

 

Après, ScreamingFrog est très pratique pour crawler son site et identifier des éventuels points à traiter. Dans sa version gratuite, il permet de parcourir jusqu’à 500 URLS ; ce qui est bien suffisant pour nous.

Une fois votre url saisie et le site analysé, nous partons à la chasse aux problèmes :

  • Dans l’onglet « Internal », il est possible d’identifier les 404 à supprimer et les 301/302 à limiter au maximum pour faire plaisir à Google.
  • Dans le même onglet, un petit coup d’œil à la structure des urls ne fait pas de mal. Elles doivent être claires, courtes et compréhensibles.
  • Dans l’onglet « Page Titles », il est rapide de s’assurer qu’aucun titre de page n’est dupliqué, que les mots clefs principaux sont positionnés au début du texte et qu’ils sont tous d’une longueur raisonnable (inférieur à 60 caractères pour ne pas être tronqué dans les résultats de recherche – SERP)
  • Dans l’onglet « Meta Description », s’assurer que chaque page a bien une description pertinente et synthétique (inférieur à 160 caractères). En bas du tableau, cliquer sur « SERP Snippet » permet de visualiser le rendu de la page dans les résultats d’un moteur de recherche… et c’est bien pratique.
  • Dans l’onglet « Images », parcourir les infos de chaque image permet de vérifier que toutes les images ont une taille inférieure à 100kb pour ne pas pénaliser le chargement des pages et que toutes les balises « Alt Text » sont bien renseignées et de manière pertinente.

 

Beaucoup d’autres choses peuvent être faites mais c’est déjà un bon début 🙂

En espérant que ce retour d’expérience vous a été utile. C’est un premier pas dans le monde passionnant du SEO.

Pour les plus curieux, nous vous recommandons la lecture de l’excellent site de Vincent Terrasi, data-seo.fr. Vous y apprendrez entre autres, comment suivre à la trace les robots de Google, ou comment monitorer vos positions SEO.

 

N’hésitez pas à partager avec nous vous petits secrets. Ils seront bien utilisés ;).

Ne râtez pas un article: inscrivez-vous à notre newsletter!

Rejoignez la communauté Tidjee

Découvrez notre actualité !

Qui sommes-nous ?

Recent Posts

Leave a Comment

Start typing and press Enter to search